Rekister in Numero

Antonio Fiori : Une décision simple et compréhensible

Spread the love

S’il accepte ce fait, et s’il met en œuvre la série suivante de politiques se renforçant mutuellement, le continent peut sortir de sa torpeur actuelle. Antonio Fiori aime à rappeler ce proverbe chinois « A qui sait attendre, le temps ouvre ses portes ». Mais ce qu’elle dit clairement, c’est que l’amour divin n’est pas quelque chose de Dieu : c’est Dieu lui-même. Par la vue, par l’ouïe, il se met en rapport avec un nombre toujours plus grand de choses, il subit des influences de plus en plus lointaines ; et soit que ces objets lui promettent un avantage, soit qu’ils le menacent d’un danger, promesses et menaces reculent leur échéance. Dans le sens absolu du mot nous raccordons ; oui, elles en ont eu conscience si l’on entend par là de simples sensations diffuses, discontinues, non coordonnées en un système personnel. Ils se proposèrent de changer les sentiments de l’espèce humaine sur quelques points particuliers où ils étaient eux-mêmes coupables d’hérésie, plutôt que de faire cause commune pour la défense de la liberté avec tous les hérétiques en général. Les nombreux avantages de l’euro – transparence transfrontalière des prix, coûts de transaction plus faibles et crédibilité de l’inflation – ont exigé d’abandonner les politiques monétaires indépendantes et les taux de change flexibles. Une série de travaux universitaires récents confirment ces intuitions. Poussées par la demande des millionnaires chinois, les ventes dépassent chaque année depuis 2010 celles de Londres et de New York. Un argumentaire bancalL’article est étonnant : il utilise les grands moments historiques où précisément la France a changé pour prouver qu’elle ne peut changer. On regardait alors le pouvoir des gouvernants comme nécessaire, mais aussi comme hautement dangereux ; comme une arme qu’ils essaieraient d’employer aussi bien contre leurs sujets que contre les ennemis extérieurs. Sur ce sommeil profond la psycho­logie devra diriger son effort, non seulement pour y étudier la structure et le fonctionnement de la mémoire inconsciente, mais encore pour scruter les phénomènes plus mystérieux qui relèvent de la « recherche psychique ». Quelque réponse d’ailleurs qu’on fasse à cette question très générale, un point reste hors de doute : c’est qu’il ne peut pas y avoir solution de continuité entre le plaisir du jeu, chez l’enfant, et le même plaisir chez l’homme. J’incline à croire, — mais pour des raisons surtout théoriques et par conséquent hypothétiques — que nous avons alors une vision beaucoup plus étendue et plus détaillée de notre passé. Quelles dépenses veut-on précisément réduire ? Elles doivent donc faire du volume, c’est-à-dire réaliser de nombreuses levées de fonds pour devenir rentables. Quand nous éprouvons de l’amour ou de la haine, quand nous nous sentons joyeux ou tristes, est-ce bien notre sentiment lui-même qui arrive à notre conscience avec les mille nuances fugitives et les mille résonances profondes qui en font quelque chose d’absolument nôtre ? Un être intelligent porte en lui de quoi se dépasser lui-même. Cependant, si tous les points du système, à l’exception d’un seul, avaient conservé leurs situations relatives, nous regarderions comme très-probable que ce point unique est le seul qui s’est déplacé ; à moins, toutefois, que les autres points ne nous parussent liés entre eux de manière que le déplacement de l’un dût entraîner le déplacement de tous les autres. S’arrêtent-ils ? Or, c’est là un fait qui se produit d’ordinaire quand une tendance s’analyse.

Archives

Pages